Mémoire en Aspe,

Une œuvre pour la paix

De gauche à droite : Elisabeth Médard, Vice-Présidente de la CCHB, Isabelle Ruiz, chef de pôle action culturelle et rayonnement du territoire, Daniel Lacrampe, Président de la CCHB, Aracéli Etchenique, Élue-déléguée au transfrontalier à la CCHB, Dany Barraud, Vice-Président de l’association Mémoire d’Aspe et Maryse Darsonville, Présidente de l’association Mémoire d’Aspe.

 

 

Mémoire en Aspe, une œuvre pour la paix, est l’aboutissement d’une commande publique de la Communauté de Communes du Haut-Béarn initiée par l’Association Mémoire d’Aspe, avec le soutien du Ministère de la Culture, de la Région Nouvelle-Aquitaine, de la Fondation SNCF, des communes d’Accous, Aydius, Bedous, Cette-Eygun et Sarrance.

 

Lundi 11 novembre à 14h30, la première œuvre sera inaugurée face à la gare de Bedous d'où sont parties en train toutes les victimes de la première Guerre Mondiale. Viendront ensuite Cette-Eygun, Accous (Lhers), Aydius et Sarrance. L'ensemble constituera un parcours narratif permettant aussi de découvrir la vallée et ses atouts.

 

Elle se présentera sous la forme d'un grand dessin déployé sur une quinzaine de panneaux fixés sur des lames en acier Corten créée par trois artistes : Anne-Laure Boyer, Emmanuel Espinasse et Marc Vernier.

Une œuvre monumentale qui réunira proches, parents, femmes, enfants et amis autour de soldats de toutes nationalités et les noms des disparus.

 

« Une belle initiative mémorielle » D. Lacrampe

Daniel Lacrampe, Président de la Communauté de Communes du Haut-Béarn, a rappelé que l’inauguration de la première pièce (lundi 11 novembre à Bedous) ne serait que le début du parcours. C’est de la gare de Bedous que sont partis les 370 jeunes de 20 à 25 ans qui ne sont jamais revenus.

Quatre autres pièces seront installées et inaugurées les 8 et 9 mai 2020, à l’occasion de la commémoration de la fin de la seconde Guerre Mondiale et de la Fête de l’Europe. »

Le Président tient à remercier le Ministère de la culture, la Région Nouvelle-Aquitaine, la fondation SNCF et l’association Mémoire d’Aspe : « Ce que je voudrais, par l’intermédiaire de Maryse Darsonville et Dany Barraud (Respectivement Présidente et Vice-Président de l’association Mémoire d’Aspe), qui se sont beaucoup impliqués, c’est remercier l’association Mémoire d’Aspe. Je suis très heureux et fier qu’on ait pu faire évoluer et aboutir cette aventure. La Communauté de Communes du Haut-Béarn a porté ce projet avec détermination et beaucoup de conviction. Le projet d’un montant total de 188 000€, financé à plus de 80% par nos partenaires institutionnels, a fait l’unanimité au sein du conseil communautaire. L’immersion des artistes au sein de la vallée qui a mené à un travail coopératif sur le territoire. Cette belle initiative mémorielle pourrait être étendue vers l’ensemble du Haut-Béarn. En effet, deux territoires s’intéressent à des projets qui iraient dans le même sens. »

 

« L’aspect mémoriel, mais pas que » E. Médard

Elisabeth Médard, 1ère vice-présidente à la culture, patrimoine et transfrontalier, explique le but de l’œuvre artistique : « Il s’agit de créer un lieu où les Aspois peuvent se retrouver. Il y a l’aspect mémoriel, mais pas que, c’est aussi une œuvre contemporaine. La participation des Aspois et l’implication des collégiens a séduit le Ministère qui a orienté la création d’une œuvre sur le thème de la bande-dessinée. L’œuvre a été conçue par des artistes spécialistes en la matière. 2020 sera d’ailleurs l’année nationale de la bande dessinée. »

 

« Ce qui nous intéresse c’est l’avenir »

Maryse Darsonville, Présidente de l’association Mémoire d’Aspe indique que le travail a débuté en 2006 avec une récolte des noms des poilus morts au combat. Il s’est avéré que les noms présents sur les Monuments aux Morts ne sont pas exhaustifs. Tous les noms ont alors été récupérés. En 2008, une cérémonie commune à tous les poilus a eu lieu à Accous. Le projet initial était alors de créer un Monument aux Morts commun pour les différents villages.

Celui-ci a évolué suite aux échanges avec la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC). « Mémoire d’Aspe a pour vocation de travailler sur des documents, pas sur la tradition. »

 

Dany Barraud, Vice-Président de l’association Mémoire d’Aspe a débuté en remerciant la Communauté de Communes du Haut-Béarn, qui a porté le projet car l’association ne pouvait pas le porter seule. Ce passionné présente les quatre pièces à venir :

- Sarrance : entre 1915 et 1918, des réfugiés de guerre en provenance du nord de la France y étaient accueillis.  Cette pièce abordera alors le thème des réfugiés.

- Aydius : en 1917, d’importantes mutineries ont eu lieu. Un soldat du 18ème Régiment d’Infanterie de Pau a été fusillé dans ces conditions. L’œuvre artistique abordera l’absurdité de la guerre, les violences faites aux Hommes.

- Cette-Eygun : la pièce présentera la transformation de l’industrie française, la migration économique via les usines reconverties en outil de production d’obus.

- Plateau de Lhers, sur la commune d’Accous : cette œuvre abordera le devoir de vigilance.

« Ces thèmes sont toujours d’actualité, ce qui nous intéresse, c’est l’avenir en se servant de la mémoire de ces jeunes gens. Des ateliers avec les collèges et des conférences seront programmés. »

 

 

Renseignements :

Pôle Action culturelle et Rayonnement du territoire

Isabelle Ruiz, Responsable du Pôle Action culturelle et Rayonnement du territoire de la Communauté de Communes du Haut-Béarn

Tél. 05 59 34 34 30 / isabelle.ruiz(at)hautbearn.fr

Pour en savoir plus >
NP_ptpresse_me__moire_d_aspe_051119.pdf (683 KB)