C comme Covid, Culture et Confrontation (d’idées)

La crise liée au Coronavirus aura eu incontestablement un large impact sur nos vies personnelles et professionnelles, qu’il s’agisse de santé publique bien évidemment, mais aussi dans le monde du travail, les interactions sociales, le débat politique, l’usage des espaces publics, l’économie, l’environnement, et bien sûr la vie culturelle, si sévèrement affectée elle aussi.

En effet, dans le contexte très particulier de cette période si inédite, de nombreux lieux et acteurs culturels ont vu leurs activités profondément bouleversées.

Les bibliothèques, les musées et tous les lieux culturels et patrimoniaux ont souffert de ces longues semaines de confinement; et si certains ont commencé à rouvrir ou s’y préparent en prévoyant des mesures sanitaires adaptées, d’autres sont encore fermés à l'heure actuelle.

Les spectacles, les festivals, et tous les événements de lecture publique, du patrimoine, du spectacle vivant ont été annulés durant cette période, et l'incertitude demeure sur la manière dont plusieurs d'entre eux reprendront.

Pour ce qui nous concerne, et parce que pleinement conscients de la situation difficile de tous ces artistes, la Communauté de Communes du Haut-Béarn qui assure, rappelons le, le fonctionnement et le financement, mais aussi les orientations stratégiques conduites dans ces équipements majeurs que sont la Médiathèque des Gaves, la Villa Bedat et l’Espace Jéliote, le Fort du Portalet, les musées de Sarrance et Lourdios-Ichère, a fait le maximum pour reporter sur la saison prochaine bon de nombre de ces spectacles qu’il nous a fallu annuler, mais a pris aussi la décision, pour soutenir le monde de la culture, d’honorer le cachet des artistes lorsque pareil report était impossible.

En effet, si notre communauté de communes a sans cesse affirmé un choix politique fort en faveur de l’action culturelle, sous toutes ses formes et pour tous publics, aussi bien en milieu rural qu’urbain, c’est bien parce qu’elle a toujours considéré que la culture était le meilleur moyen de privilégier dans notre société l’esprit d’ouverture, de partage, de fraternité, et de tolérance.

Aussi, et parce que l’avenir post-confinement reste pour le moment flou et incertain, mais chargé aussi de bien d’interrogations économiques, sociales et organisationnelles, il nous faut réfléchir ensemble à l'après Covid-19, dans tous les domaines, et en particulier dans celui de la Culture, pour envisager de nouvelles manières de penser, travailler, imaginer des formes adaptées de médiation, de programmation aussi, et plus largement de pratiques professionnelles.

En mot, profiter du vécu de cette période "hors normes" pour se remettre en cause et sortir des sentiers battus où la routine et la reconduction systématique de schémas identiques tiennent trop souvent lieu de fil conducteur de nos actions.

C’est le sens de la réflexion qu’entend mener notre Communauté de Communes du Haut-Béarn, en lien direct avec les Chefs de Pôles qui seront chargés d’encadrer et de planifier, selon des critères clairement définis par l’Institution, cette concertation avec leurs équipes respectives et les usagers de nos équipements.

Une réflexion d’autant plus nécessaire qu’elle répond à ce haut niveau d’exigence que nous avons toujours voulu pour notre action culturelle et patrimoniale, et qui nous a valu d’être reconnus et fidèlement accompagnés tant par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) que par le Département des Pyrénées-Atlantiques et la Région Nouvelle-Aquitaine.

Daniel Lacrampe
Président de la Communauté de Communes du Haut-Béarn